Groupe de travail Visualisation du Son

Home page > English > 2. Recent projects > 6. Grapholine

6. Grapholine

Saturday 23 December 2006, by jmc

All the versions of this article:

Et si, en plus de la création d’images, l’acte de dessiner produisait des sons ? Projet réalisé par Jean-Michel Couturier, Blue Yeti.

Ce projet propose d’utiliser l’expressivité du geste du dessin à des fins musicales: le dessinateur devient musicien et plonge l’auditeur au cœur de sa création. L’intention de départ est de rapprocher le dessin et la musique au moment de la production de l’œuvre, c’est-à-dire lorsque l’artiste utilise ses gestes pour produire un dessin ou de la musique. Comment l’intention, qui se manifeste dans le geste du dessinateur au moment de la réalisation du dessin, peut-elle être transposée dans le domaine musical ? En cela, il s’agit d’un questionnement sur l’ambiguïté de l’intention gestuelle selon qu’elle est effectuée dans un contexte graphique ou musical.

Ce projet a abouti au développement du dispositif Grapholine, utilisé pour la composition et l’interprétation temps-réel de la pièce électroacoustique Demus, qui fut interprétée en 2006 à l’occasion du prix d’électroacoustique du Conservatoire National de Région de Marseille et des Journées de l’Electroacoustique à Lyon.

Grapholine – quand le dessinateur devient musicien

Capter les gestes et les relier au son
Grapholine est un dispositif sonore interactif, réalisé par Blue Yeti. Il permet de générer du son en temps réel par l’analyse des gestes du dessin effectués sur une tablette-écran. Cet outil est à la fois un instrument de musique et un outil de création graphique.
Un "répertoire de gestes" a été défini par le référencement des principales méthodes de dessin utilisées (tracé de lignes droites et courbes, hachures, griffonnage, pointillés, …). Ensuite, des correspondances pertinentes entre ces gestes et le son ont été définies. Par exemple, des variations de hauteur sont appliquées au son en fonction de la courbure du tracé ; les angles vifs, les hachures et les points sont détectés et associés à la génération de sons brefs ; la vitesse du tracé modifie la densité du son ; la variation du paramètre transparence est liée à la variation de l’intensité sonore, etc. Grapholine possède également une interface permettant de choisir la couleur et le type de mine de crayon que l’on veut utiliser pour dessiner. Un second contrôleur est utilisé pour modifier les propriétés du crayon (couleur, taille de la mine, transparence, luminosité…).

La matière sonore
A chaque couleur et type de mine correspond un échantillon sonore puisé dans une banque de sons stockée dans l’appareil. Lorsque l’utilisateur dessine, l’échantillon sonore correspondant à la couleur et à la mine va être lu et transformé en fonction des mouvements effectués avec le crayon sur la tablette graphique.
Il est possible d’ajouter de nouveaux sons, de modifier l’association sons – couleurs/mines et de régler la façon dont les caractéristiques des mouvements réalisés avec le crayon (pression, vitesse, courbure,…) vont agir sur l’échantillon sonore.
La programmation logicielle a été effectuée dans l’environnement Max/MSP-Jitter et le module d’analyse du geste a été réalisé en langage C.

Les applications
Au-delà de son application musicale d’origine, le dispositif Grapholine est mis en œuvre au sein de projets pédagogiques visant à favoriser l’éveil musical chez les enfants, et dans des opérations de sensibilisation aux problématiques du son et de l’image.

Plus d’information sur : http://www.blueyeti.fr/Grapholine.html


Follow-up of the site's activity RSS 2.0 | Site Map | Private area | SPIP | template