Groupe de travail Visualisation du Son

Accueil du site > Français > 1. Présentation > 3. Mapping, relations de correspondance

3. Mapping, relations de correspondance

mardi 10 avril 2007, par admin

Toutes les versions de cet article :


Trois exemples audiovisuels

La détection d’attaque contrôle l’intensité lumineuse

L’intensité sonore contrôle l’intensité lumineuse

Les fréquences aigues aigues contrôlent l’intensité lumineuse


Le mapping pourrait se traduire en français par cartographie, par relation de correspondance, mise en correspondance. On parle de mapping synchrone dans le cas où le son contrôle le rendu visuel de façon séquentielle, dans le cas où son et image sont contrôlés simultanément par des paramètres intentionnels, pré-écrits, ou liés à un transducteur gestuel. Antonio de Sousa-Dias évoque la tendance systématique à la synchronicité dans la relation son-vidéo, souhaitant proposer d’autres approches [1], tout comme Benoît Courribet [2], ou encore Alain Bonardi [3].

Dans le contexte des arts interactifs et des environnements virtuels, la conception d’un mapping, d’une mise en correspondance des échelles, intégrant éventuellement la dynamique du geste interacteur (geste instrumental, geste dansé ou interagissant), a directement à voir avec la composition, avec un mode d’écriture spatialisé à n dimensions [4] . La maîtrise du mapping et de la mise en interface est majeure dans les interactions image-son, décrivant une relation transductive, qui co-constitue les termes qu’elle articule [5].

Concrètement, le mapping ou relation de correspondance permet de passer d’une échelle de base à une autre échelle de manière linéaire ou non.

Documents joints

Notes

[1] Antonio de Sousa Dias : Articulation musique image : les cas de "réflexion faite..." et "Natureza Morta visages d’une dictature", Actes des JIM 2005.

[2] B. Courribet : Réflexions sur les relations musique/vidéo et stratégies de mapping pour Max/MSP/Jitter. Actes des JIM 2005, pdf

[3] A. Bonardi, New Approaches of Theatre and Opera Directly Inspired by Interactive Data-Mining, Conférence Sound & Music Computing (SMC’04)

[4] A. Sedes : ’Espaces sonores, espaces sensibles’, in Espaces sonores, actes de recherche, EMT, Paris, 2003.

[5] Lire à ce propos B. Stiegler : ’La technique et le temps, livre 2’, Gallilée, Paris, 1996, dans la continuité de la pensée de Gilbert Simondon.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette