Groupe de travail Visualisation du Son

Accueil du site > Français > 1. Présentation > 5. Perspectives de Recherche

5. Perspectives de Recherche

vendredi 22 décembre 2006, par admin

Toutes les versions de cet article :


Nous abordons la visualisation du son (musical) comprise comme émulation plutôt que comme simulation, en opérant sur les domaines du son et de l’image de façon composite et multiple. Nous nous intéressons également à la relation geste, image, son, dans le contexte des environnements virtuels, ainsi que de la convergence technologique. Une piste à explorer par exemple en téléphonie mobile et technologie nomade serait de concevoir son et image comme du signal, en restant dans le contexte de diffusion de contenus artistiques musicaux. L’image serait alors porteuse de rythmes, de temporalité et d’autant de caractéristiques traditionnellement liées au musical. Le concept d’intersensorialité mérite encore d’être approfondi : comment par exemple composer entre son et image, pour ainsi dire, de la musique visuelle ou des nouveaux contenus artistiques basés en recherchant des formes de cohérence intersensorielle ?

Prototypes de visualisation pour la téléphonie mobile réalisés par Jean-Baptiste Thiébaut

Y a-t-il une interaction cognitive entre ce qui est du domaine de la vision et du domaine de l’écoute ?

Au niveau du faire et de la poïesis, le compositeur répondra par l’affirmative !

On pourrait étudier les relations de complémentarité entre le son et l’image. Dans quelle mesure l’image peut-elle contribuer à orienter l’écoute, dans le cas par exemple de la spatialisation du son ? Inversement, la spatialisation du son peut-elle contribuer à améliorer un rendu visuel ? Dans quelle mesure le son perd-il de son importance perceptive dès lors qu’il est visualisé ? Où se situe le seuil au-delà duquel l’image supplante le son musical pour la perception ? Ya-t-il un seuil entre signal et signe ?

La question de la cohérence entre image et son, par exemple pour le cinéma ou pour les flux de diffusion de contenus en industries de l’entertainment à l’heure de numérique est déjà posée par les industriels. Au cinéma, où est la cohérence entre un écran frontal et une diffusion immersive, qu’en est-il du format hdtv, du potentiel des techniques émergentes du cinéma 3D, etc. ? Comment articuler la cohérence spatiale entre le son et l’image est dans ce secteur un problème clairement identifié. La cohérence temporelle au cinéma est relative à la synchronisation entre l’image et la voix parlée, et contrainte à d’autre niveaux par les besoins en réalisme de la narrativité sur lequel repose un tel art, à quelques exceptions. Le bruitage et la musique y sont des moyens d’articulations certains.

En priviligiant le domaine du son musical, de la musique visuelle, de la spécificité de l’expression musicale intégrant le visuel dans son potentiel d’abstraction, de rythme, d’impulsions, de variations de signal, la cohérence image-son nous paraît essentiellement liée à la question de la temporalité propre au musical. "Comment articuler la cohérence temporelle" entre le son et l’image nous paraît être au coeur de l’activité compositionnelle des contenus artistiques en question, tout comme le "comment articuler la cohérence temporelle" est au coeur de l’activité de composition musicale.

Il paraît ainsi possible d’explorer encore la qualité de cette cohérence alors que les écritures du numérique et de l’interaction nous permettent de nos jours d’échapper au contraintes du temps linéaire. L’interacteur peut désormais conduire et impulser le temps. Entre autres ce type de voies serait à approfondir à l’occasion de futures recherches.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette